Reconversions de musiciens : « Je n’ai pas de regrets »

Mathilde Blayo 03/03/2021

Guitariste, diplômé du CNSMD de Paris, Armen Doneyan est devenu réalisateur. Il a fondé sa propre maison de production, Lusankar Productions.

« J’ai suivi un parcours de musicien classique : j’ai commencé la guitare à six ans dans le conservatoire de ma ville, avant d’aller en CRR et puis de rejoindre le CNSMD de Paris. J’ai eu mon master en 2015. Je faisais beaucoup de concerts, surtout avec le duo Solea, guitare et violoncelle. J’ai obtenu le statut d’intermittent pendant plus de deux ans, et en même temps je donnais des cours dans un conservatoire. En parallèle, j’ai commencé à faire de la vidéo par moi-même. Je n’étais pas particulièrement familier du monde de l’image, j’ai acheté mon premier appareil pour filmer en 2016. Je réalisais des petites vidéos, d’abord en me filmant puis on m’a demandé d’en faire pour d’autres personnes. 

Ça m’a énormément plu et j’en ai fait de plus en plus. L’idée c’était de diviser mon temps en deux, entre la guitare et la vidéo, mais j’ai naturellement fait de plus en plus de tournages. Comme j’avais beaucoup de demandes, j’ai créé ma société. Avec le Covid, l’idée de faire 50/50 est révolue. En 2020, la réalisation représentait plus de 90% de mon activité. Depuis le début de l’année, je ne fais plus que ça et j’ai pris la décision de refuser les nouvelles propositions de concert.


Je ne me considère plus comme un musicien professionnel. Ce n’est pas une décision contre la musique, ce n’est pas que je n’aime plus ça. Ça a été ce que j’aimais le plus et ce que je voulais faire à une époque. Je l’ai vécue à fond et je n’ai pas de regrets. Ce n’est donc pas douloureux pour moi car tout cela est arrivé petit à petit, ça a longuement mûri. Aujourd’hui je n’ai aucune amertume ou nostalgie vis-à-vis de ce que j’ai fait comme musicien. Ce que je fais reste très en lien avec le milieu musical et mon expérience de guitariste est une force : le fait de savoir lire la musique m’aide aussi au montage, je mets les musiciens en confiance, je connais les codes du milieu, je sais ce qui ne se fait pas. »

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous