« Occuper les théâtres est une nécessité absolue »

Mathilde Blayo 11/03/2021

Jeudi 11 mars, Jean Castex et Roselyne Bachelot se sont adressés aux organisations syndicales du monde de la culture. Samuel Churin, porte-parole de la Coordination des Intermittents et Précaires d’Île-de-France, réagit à ces annonces.

Le Premier ministre a annoncé une nouvelle enveloppe de 20 millions d’euros pour « renforcer le soutien aux équipes artistiques » et 10 millions d’euros viennent réabonder le Fussat (Fonds d’urgence spécifique de solidarité pour les artistes et les techniciens du spectacle). Que pensez-vous de ces annonces ?

Tout cela est largement insuffisant. Il ne se passe rien ! C’était une réunion lamentable. Une réunion comme celle-ci se prépare, ils devraient venir avec de vrais éléments pour calmer le jeu. Mais ils n’avaient rien préparé, ils nous lâchent des miettes, qui en plus étaient déjà prévues. Ils n’ont même pas été capables de nous dire que le problème sur le congé maladie et le congé maternité allait être réglé de manière sûre. Il y a aujourd’hui des femmes enceintes qui n’ont aucun congé maternité car, avec le Covid, elles ne peuvent pas travailler pour accéder au seuil qui permettrait de toucher leur congé. L’assurance maladie gagne de l’argent sur leur dos, alors qu’il suffirait juste de baisser les seuils d’accès.

Quelles sont vos revendications ?

Dans les lieux occupés aujourd’hui, nos revendications portent énormément sur la réforme de l’assurance chômage. C’est une folie d’appliquer cette réforme en période de crise. Par ailleurs, nous voulons la reconduction de l’année blanche, pour laquelle aucun gage ne nous a été donné. Tout est suspendu à la mission André Gauron dont les conclusions seront « étudiées ».
Mais nous réclamons aussi la prise en compte de tous nos collègues intermittents de l’emploi qui ne bénéficient pas de ce statut et qui basculent aujourd’hui au RSA dans la plus grande pauvreté. Je n’ai pas la conscience tranquille en me disant que moi je suis indemnisé mais que mon collègue guide conférencier, qui travaille comme moi, ne l’est pas ! Tous ces gens sont des salariés à l’emploi discontinu et ils n’ont toujours rien eu.

Appelez-vous à ce que l’occupation des théâtres continue, et ce malgré l’appel de la ministre de la Culture à ce que cela cesse ?

C’est une nécessité absolue. J’appelle tous les intermittents à occuper tous les théâtres de France. Quand Roselyne Bachelot évoque des occupations « inutiles et dangereuses » : mais quel décalage ! Nous allons abîmer les murs de nos théâtres ? C’est elle qui est inutile et dangereuse. Elle pourrait sortir par le haut en défendant vraiment les employés qui dépendent de son ministère, mais elle choisit de les traiter comme des enfants.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous