Un orchestre symphonique à l’Odéon

Éloïse Duval 27/03/2021

Sur le parvis de l’Odéon, se tenait ce samedi 27 mars un concert en soutien au mouvement d’occupation des théâtres. 90 théâtres et opéras sont occupés à ce jour, et si le mouvement ne cesse de prendre de l’ampleur, les musiciens se sont unis en un orchestre pour dire le désespoir dans lequel, depuis un an, est plongé le monde de la culture.

Sous les banderoles rouges et blanches qui habillent la façade du théâtre de l’Odéon, une centaine de personnes s’est réunie en début d’après-midi autour de l’orchestre créé pour l’occasion. Etudiants au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, musiciens professionnels, intermittents, professeurs ou encore amateurs, tous sont venus dire le désespoir d’un secteur à bout de souffle et sans perspective de reprises. Aux slogans des banderoles gonflées par le vent s’ajoutent les mots que les artistes ont écrits à l’encre noire sur leur peau : « No Culture, no futur », peut-on lire sur le torse nu de l’un d’entre eux, « Culture à terre » ou encore « Non essentiel » indique la chemise d’une femme symboliquement à genoux. Puis, le silence se fait et la musique succède au tumulte des applaudissements. S’élève alors un extrait des Tableaux d’une exposition de Moussorgski, puis l’Allegretto de la Septième symphonie de Beethoven. Enfin le concert se clôt sur la musique d’Ortega : El pueblo unido jamás será vencido, et depuis les fenêtres du Théâtre, les occupants scandent le refrain le poing levé, et répondent aux musiciens qui brandissent leurs instruments et leurs archets vers le ciel.

« Un orchestre uni dans la lutte »

Paul, tromboniste ténor diplômé depuis trois ans est venu unir sa voix à celle des autres musiciens pour dire une situation devenue insupportable. Pourtant, jusqu’au dernier moment, les musiciens n’étaient pas certain de pouvoir jouer : « Ce qui me fait encore plus de mal, c’est de voir qu’on a attendu une heure et demie pour avoir l’autorisation de jouer : une manifestation est autorisée, mais un concert est interdit. Je trouve cela dramatique et lamentable, et c’est pour cela que l’on se bat tous. Sinon c’est la fin de la musique, des théâtres, et de tout ce qui fait que la France est un pays culturel ». En effet, les annulations de concert se succèdent et la perspective d’une reprise s’éloigne de jour en jour. Sonia, bassoniste aux orchestres de Tours et de Pas de Loup est venu exprimer le sentiment d’injustice profonde qui anime le secteur culturel : « Je vois mes deux sœurs qui continuent d’exercer leur métier, et je n’ai pas l’impression de prendre plus de risques qu’elles ou de travailler dans des lieux plus dangereux. Ma sœur qui est professeur en collège, elle, elle peut et doit travailler, et nous nous sommes punis », confie-t-elle. Au sentiment d’injustice, se mêlent les difficultés financières d’un secteur de plus en plus précaire et mis à mal par un an de crise sanitaire : « Tous les projets sont annulés, et les captations (qui ont lieu en une prise) se substituent aux vingt représentations initialement prévues. Depuis le début de l’année, je n’ai eu qu’un seul concert. C’est infiniment peu par rapport à ce que l’on peut faire d’habitude », regrette Paul. De son côté, Sonia estime perdre « entre 500 et 1000 euros par mois ».

Dans l’attente de réponse

Si la situation est difficile à tout point de vue, les musiciens n’entendent pas renoncer, et c’était le sens de ce concert et de leur présence aux côtés des théâtres : « J’ai pensé à changer de métier, mais j’ai fait tellement de sacrifices, et j’aime tellement la musique, que je ne lâcherai rien », affirme Sonia. « On ne lâchera pas notre passion, mais nous attendons de notre ministre qu’elle nous écoute et qu’elle nous représente, que l’on cesse de nous regarder avec mépris et que l’on agisse enfin pour nous », appuie Paul. Ces quelques mots font écho à ceux qui, depuis les fenêtres de l’Odéon, résonnent à travers le haut-parleur, et souhaitent un bon rétablissement à Roselyne Bachelot pour lui demander sa démission.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous