Les salles de concert ouvertes à l’étranger : « Un maximum de cent auditeurs »

Éloïse Duval 06/04/2021

Stefan Gehmacher, directeur de la Philharmonie du Luxembourg, nous détaille les mesures pour éviter toute contamination.

« Aujourd’hui, on se réjouit du fait que le gouvernement luxembourgeois ait décidé de garder les établissements culturels ouverts pendant la crise. La Philharmonie du Luxembourg peut accueillir un maximum de cent auditeurs. Tout le monde porte un masque, et nous maintenons une distance de deux mètres entre les spectateurs n’appartenant pas au même ménage. 

Pour les musiciens, le protocole de test dépend de la situation : les musiciens sont testés deux fois par semaine, et parfois quotidiennement si nous décelons un cas positif. Cependant, les mesures en place se sont jusqu’à présent révélées assez efficaces, puisque le théâtre n’a été à l’origine d’aucun foyer de contamination. Le public semble avoir confiance dans le protocole sanitaire mis en place au sein de la maison, car nous remplissons la jauge maximale à chaque représentation, et les places s’écoulent très vite. Je pense qu’il est important de faire en sorte que les lieux culturels puissent ouvrir, car la culture est la nourriture de l’âme. D’ailleurs, beaucoup d’artistes s’inquiètent aujourd’hui à la fois pour leur avenir professionnel, mais aussi pour la jeune génération. On a donc mis en place une nouvelle série de concerts pour soutenir les artistes locaux et leur donner la possibilité de se produire et de recevoir un cachet. Dans beaucoup de pays européens, le gouvernement a préféré fermer d’emblée les établissements culturels, sans imaginer de protocole pouvant permettre d’ouvrir avec des risques minimes, et on se dit parfois avec tristesse que les grands centres commerciaux ouvriront probablement avant les théâtres… 

Ici, je crois que l’on aimerait remercier nos politiciens, surtout notre ministre de la Culture, car on se sent vraiment privilégiés au regard de la situation dans d’autres pays européens. Pour toute l’équipe de la Philharmonie, il est important de ne pas être mis de côté, et on se sent privilégiés de pouvoir continuer à faire notre travail. »

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous