Opéra de Bordeaux : la shortlist se dessine

Antoine Pecqueur 19/04/2021

La ville entre dans la dernière étape de sélection du futur directeur de l’Opéra. Une nomination particulièrement attendue.

La ville de Bordeaux se retrouve décidément au cœur de l’actualité culturelle. Ces derniers jours ont été marqués par la polémique créée par les affiches du Forum de la culture, auquel sont invités à participer les bordelais. « La culture, ça coûte trop cher ? » ou encore « Artiste, c’est un métier ? » : ces questions volontairement provocantes ne sont pas passées auprès du secteur culturel, d’autant plus au moment où celui-ci est à l’arrêt en raison de la pandémie.

C’est dans ce contexte quelque peu incendiaire que la ville de Bordeaux a fait sa sélection des candidats pour la direction de l’Opéra. Sur la trentaine de candidatures ne sont retenues qu’une petite poignée.

Mais surtout, l’une des principales favorites, Natalie Dessay, a décidé de retirer sa candidature. En interne, son profil, qui présentait pourtant de nombreux atouts, commençait déjà à faire débat : après le bilan mitigé du mandat du précédent directeur, Marc Minkowski, les collaborateurs craignaient à nouveau le choix d’un artiste pour diriger cette institution.

Match resserré

Dans sa sélection, la ville de Bordeaux a mis de côté des profils pourtant expérimentés de directeurs d’opéras,

comme Christian Chiarot (La Fenice), Eric Blanc de la Naulte (Opéra de Saint-Étienne) ou Bart van der Roost (Opéra des Flandres).

Le match se resserre donc, selon nos informations, autour de quelques personnalités, parmi lesquelles on retrouve Emmanuel Hondré, qui peut se prévaloir d’une expérience forte de programmateur acquise à la Philharmonie de Paris où il dirige le département des concerts. Il est en outre proche de Raphaël Pichon, artiste actuellement associé à Bordeaux avec son ensemble Pygmalion. Pour autant, il n’a jamais dirigé d’opéra. A ses côtés dans la shortlist figurent également Mathieu Jouvin, directeur adjoint du Théâtre des Champs-Elysées, et Alain Mercier, directeur de l’Opéra de Limoges. Parmi les candidatures féminines on notera la présence de Laura Akerlund, qui fut l’intendante de l’Opéra comique d’Helsinki de 2016 à 2019 – née en 1987, elle est l’une des plus jeunes directrices d’opéras, ainsi que de Muriel Maffre, directrice de la compagnie de danse américaine Alonzo King.

La nomination devrait désormais intervenir dans les prochains jours. L’un des premiers chantiers du nouveau directeur ou directrice consistera à recruter le futur directeur musical de l’Orchestre, qui succédera au chef Paul Daniel. Un enjeu tout sauf anecdotique.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous