Conservatoire : les examens pendant le Covid

Mathilde Blayo 20/04/2021

Les modalités des concours d’entrée en conservatoire, comme celles des examens de passage, ont été revues alors que la crise sanitaire paralyse encore l’activité artistique. Les adaptations varient selon les établissements.

L’incertitude domine alors que les conservatoires ne sont aujourd’hui ouverts qu’aux élèves inscrits en troisième cycle, y compris pour les classes à horaires aménagés, et aux CPES. Le décret du 2 avril dernier, précisé par la DGCA, interdit la tenue d’examen en présentiel jusqu’au 2 mai. Les calendriers de réouverture des lieux d’enseignement artistique sont néanmoins fixés sur ceux des établissements scolaires. Ainsi, les scolaires pourront normalement revenir dans les conservatoires à partir du 26 avril, et les élèves du secondaires le 3 mai.

« Rupture d’égalité »

Face à cet imbroglio, le recrutement pour les classes à horaire aménagé a été revu au CRR de Tours. Si les test de formation musicale aura bien lieu en présentiel, « nous avons dû renoncer au présentiel pour la pratique et les enfants vont nous envoyer des vidéos depuis chez eux, rapporte Victoria Ducret-Pottiez, directrice de l’établissement. Des explications ont été préparées par les enseignants pour que les candidats comprennent bien ce qu’ils ont à faire. »

Le jury a jusqu’au 21 mai pour transmettre les décisions à l’éducation nationale qui n’a pas modifié son calendrier d’affectation : le 21 mai, les affectations des élèves sont transmises aux familles. « C’est une situation complètement insatisfaisante, qui va contre nos valeurs et représente une réelle rupture d’égalité, considère Victoria Ducret-Pottiez. Je sais que les jeunes de chez nous qui veulent intégrer une classe à horaire aménagé ont pu travailler cette année, ont fait des vidéos et ont le matériel du CRR à disposition pour s’enregistrer. Mais pour les jeunes qui n’ont pas cette chance, qui viennent des écoles municipales ou associatives qui avaient moins de moyens, où ils ne se sont quasiment jamais filmés, cela n’est pas juste. »

A Tours, les test d’entrée dans les autres cursus sont prévus pour la rentrée de septembre, en présentiel. Au CRR de Paris, rue de Madrid, les examens d’entrée ont pu avoir lieu pour les CPES. Les autres concours de recrutement devraient avoir lieu après les vacances. « Le protocole est très contraignant pour l’organisation de ces examens : nous avons mis en place davantage de salles de chauffe, qu’il faut aérer et nettoyer après chaque passage, tous les lieux touchés par les candidats sont désinfectés. Cela demande une grande attention, indique le directeur Xavier Delette. Le jury est masqué, espacé, mais c’est tellement important de maintenir ce qui peut l’être en présentiel. » Au CRR de Créteil, les examens d’entrée auront lieu après les vacances mais la forme est encore incertaine.

Examens de passage

Pour ce qui est des examens de certification, la directrice du conservatoire de Créteil, Aude Portalier, souhaite maintenir les épreuves en présentiel pour les fins de cycle en musique, de fin mai à fin juin. « Pour la danse et le théâtre, nous avons passé tellement de temps à travailler via la vidéo cette année qu’on a décidé de rester là-dessus », explique-t-elle. A l’intérieur des cycles, il n’y avait déjà pas d’examens au CRR de Créteil. A Paris, les examens sont prévus du 15 mai au 15 juin « et on espère pouvoir les faire en présentiel », rapporte Xavier Delette. A Tours, les cycles 1 et 2 sont en contrôle continu, alors que les examens des cycles 3 sont maintenus du 25 au 29 mai. Pour Victoria Ducret-Pottiez la crise aura permis de supprimer les examens annuels à l’intérieur des cycles : « Cette année c’est un passage automatique, sauf en formation musicale, indique la directrice du CRR de Tours. Les examens sont un rituel auquel tout le monde tient mais qui est vraiment en perte de sens cette année alors qu’il n’y a quasiment pas eu de prestation publique depuis septembre, ni de pratique collective. J’ai pu faire un jury de DEM il y a quelques semaines et c’est terrible de voir la souffrance et le trac de ces jeunes qui n’ont pas été bien préparés et se retrouvent devant un public pour la première fois de l’année lors d’un examen. »

Le père d’une jeune pianiste de 11 ans, inscrite au conservatoire du 12e arrondissement de Paris témoigne ainsi de la détresse de sa fille lors d’un des deux examens qu’elle devait passer cette année : « les enfants sont passés les uns devant les autres et devant le jury, sans être accompagnés par un adulte puisque nous ne pouvons plus rentrer dans le conservatoire. C’est une expérience qui a vraiment secoué ma fille et je me demande si c’était utile de maintenir cet examen alors que ces enfants n’ont pas pu faire d’audition cette année : c’est sous estimer la difficulté de la scène et l’impact que ces expériences ont sur nos enfants. »

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous