Un concert dans une librairie

Éloïse Duval 03/05/2021

Avant que les spectacles ne reprennent officiellement mi-mai, la librairie Tschann accueille déjà des spectateurs pour des événements musicaux en petit comité. Un goût de concert clandestin. Reportage.

C’est dans un écrin de papier que s’élèvent les notes du violon de Karine Crocquenoy et du violoncelle d’Annabelle Brey. Les deux musiciennes ont installé leur pupitre au milieu des livres qui peuplent les murs de la librairie Tschann, dans le sixième arrondissement parisien. Au programme de leur prestation, ce dimanche 2 mai, des œuvres de Bach, Haendel et Mondonville.

Flou juridique et soutien financier

« Mourir vivant plutôt que vivre mourant, telle est notre devise. Dès le début de l’épidémie, j’ai refusé systématiquement tout ce qui pouvait atteindre à la joie de vivre », affirme Yannick Poirier, directeur de la librairie Tschann. Le libraire se plaît à rappeler qu’il s’agit moins d’un acte révolutionnaire ou d’un appel à la rébellion que d’une tentative pour faire revivre cette culture à l’arrêt depuis des mois et aider des musiciens économiquement et psychologiquement à bout de souffle : « Nous n’avons pas attendu la crise sanitaire pour organiser des concerts au sein de la librairie, explique Yannick Poirier, mais, comme il nous a été permis d’ouvrir lors du second confinement, je me suis dit qu’il fallait saisir cette occasion pour faire vivre les choses importantes. Si la loi me permet de recevoir quinze personnes au sein de ma librairie, elle ne stipule pas ce que peuvent ou non y faire les personnes que je reçois. Ainsi, rien ne leur interdit de s’asseoir pour écouter de la musique, au même titre qu’elles peuvent déambuler dans les rayons pour se procurer les livres qu’elles recherchent. Et je ne vois pas quels risques elles encourent en restant assises à un mètre les unes des autres, masquées au même titre que les musiciens qui se produisent. Ce n’est pas comme si nous dînions tous ensemble ». Jouant sur le flou juridique qui encadre les réouvertures, ces concerts permettent également de soutenir financièrement les musiciens : en effet, les artistes sont invités pour deux prestations, ce qui leur permet de percevoir un cachet de près de 500€ : une aide financière bienvenue alors que les musiciens sont nombreux à souffrir de l’absence de concert et de cachet depuis plus d’un an. 

« La vie échappe à la loi »

Aussi, deux à trois dimanches par mois, la librairie se fait le théâtre de concerts qui se tiennent en petit comité. Devant un public composé de quinze personnes, avec les Pléiades aux reflets sombres et les livres pour seuls décors, la librairie Tschann sert de scène aux artistes. Après un an passé au rythme des confinements, des reports et des annulations, ces concerts apparaissent comme une bouffée d’oxygène tant pour les musiciens que pour le public venu écouter leur prestation : « Je suis très émue car il s’agit de mon premier concert depuis le mois d’octobre. Malgré les captations et les enregistrements qui m’ont permis de jouer un peu, rien ne remplace cette écoute du public, qui fait qu’il se passe quelque chose lorsque l’on joue. Rien ne remplace les échanges de regard, les sourires et les émotions qui se dégagent au fil du concert », décrit la violoncelliste Annabelle Brey. Assise près de sa collègue violoniste qui se meut au rythme d’une berceuse, Annabelle échange un dernier regard avec Karine, avant de suspendre le mouvement de son archet, et de sourire au son des applaudissements du public ravi. Yannick Poirier non plus ne cache pas son émotion, heureux de la « musique vivante » qui vient de naître entre ses livres : « Tous les gens qui viennent ici sont infiniment heureux, car ce que nous vivons est très précieux. J’ai bien trop peu de places à offrir face aux demandes que je reçois, et cela montre le besoin qu’ont les gens d’entendre à nouveau de la musique, sans être derrière en écran. Pour ce qui est de la loi, je ne suis pas inquiet. De toute façon, la vie échappe à la loi », conclut-il en souriant.

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous