Le Pass sanitaire, un frein supplémentaire pour les festivals

Antoine Pecqueur 15/07/2021

Emmanuel Macron a annoncé l’extension du Pass sanitaire dès le 21 juillet aux lieux de culture rassemblant plus de 50 personnes. Une mesure qui suscite la controverse chez les professionnels.

Le discours d’Emmanuel Macron du 12 juillet a fait l’effet d’une douche froide dans le secteur culturel. Le contexte était déjà morose : la reprise des concerts se heurte en effet depuis plusieurs semaines à un déficit de fréquentation du public. Des concerts sont même annulés faute d’un nombre suffisant de réservations.

 

Absence de concertation

 L’annonce de l’extension du Pass sanitaire aux lieux de culture, rassemblant plus de 50 personnes, crée donc la bronca parmi les professionnels. D’autant que le dispositif doit entrer en fonction dès la semaine prochaine, le 21 juillet. 

« Nous regrettons que la décision du Président de la République ait été prise sans concertation préalable avec les professionnels de nos secteurs et qu’elle s’impose à nous avec un préavis excessivement court », a ainsi réagi la fédération de la création artistique privée Scènes, avant d’ajouter : « Ce traitement particulier continue à les faire apparaître, aux yeux du public, comme des lieux de surcontamination potentielle, ce que les dernières études ont infirmé sans ambiguïté. Il faut être conscient que cette nouvelle contrainte va représenter un frein certain à la relance de nos activités qui venait à peine d’être entamée et qui montrait une grande timidité du public. »

 

Demande de report

La SACD, société des auteurs et compositeurs dramatiques, demande pour sa part un report de l’application au 1er août, date à laquelle le Pass sera obligatoire pour aller au restaurant ou prendre le train. À défaut, la société d’auteurs indique qu’elle « engagera un recours devant le Conseil d’État, sitôt le décret adopté par le Gouvernement, pour contester le calendrier de mise en œuvre de cette décision qui fait subir une discrimination inacceptable pour le monde de la culture, des entreprises culturelles et des créateurs ». Le calendrier n’est pas anodin : la mise en place du dispositif arrive en plein Festival d’Avignon, assurément l’une des chambres d’écho les plus importantes pour les revendications en matière de politique culturelle.

 

Questions juridiques

 Si le secteur culturel concède l’importance de renforcer la protection sanitaire des Français, les mesures paraissent une fois de plus trop lourdes à porter pour un milieu encore lourdement fragilisé. La mise en place du Pass sanitaire soulève en outre d’importantes questions juridiques. Actuellement, en l’absence de modification du Code du travail, l’employeur, par exemple l’administration d’un orchestre, ne peut imposer la vaccination ou un test PCR à ses employés, c’est-à-dire aux musiciens. Et pour le public, qui aura la responsabilité de contrôler les Pass sanitaire ? La plupart des festivals fonctionnent avec des bénévoles ; est-ce à eux qu’incombera la mise en place de cette mesure, lourde de conséquences ?

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot devra apporter au plus vite un grand nombre d’éclaircissements.

 

Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous