Sans argent, que faire ?

Michèle Worms 13/05/2011
Les services secrets de La Lettre du Musicien ont intercepté une lettre de Jack Lang,
ancien ministre de la Culture, à Frédéric Mitterrand, son successeur depuis 2009.

Mon cher Frédéric,
Le monde du spectacle est en colère contre toi parce que tu passes allégrement ton temps à renvoyer diverses personnalités et à procéder à des nominations étonnantes. Un article de Nathaniel Herzberg paru dans Le Monde (4 avril) explique qu’en fait le petit jeu des nominations est à peu près le seul pouvoir qui te reste.
Eh oui ! Les pouvoirs que j’avais autrefois ont en effet été rognés, au fil du temps, par la décentralisation, par l’indépendance de gestion donnée aux institutions nationales et aussi par la paupérisation du ministère, qui doit assumer les charges du fonctionnement des établissements subventionnés (auquel s’adjoindra bientôt la Philharmonie de Paris !). De sorte que chaque année commence sans un centime dans les caisses.
Les énarques de talent, ne trouvant plus d’intérêt pour leur carrière à travailler dans un ministère fauché, laisseraient la place à des fonctionnaires moins compétents. La Cour des comptes a elle-même signalé « l’incapacité du ministère à exercer contrôle et impulsion, qu’il s’agisse de tarification, de prêts à l’étranger, de démocratisation du public... ».
Le ministère de la Culture est-il condamné ? Mais non, mon cher Frédéric ! Sache au contraire qu’on peut faire mille choses, sans forcément dépenser de l’argent, pour défendre l’art et faire plaisir aux artistes. Voici mon expérience pour la musique :
Sois présent sur le terrain ! Assiste aux grandes manifestations et envoie tes troupes à
celles de moindre envergure, à la rencontre des musiciens. En région, surveille l’action des Drac qui travaillent avec "ton" argent, et fais-le savoir.
Reçois ! Invite des musiciens à des déjeuners informels, comme le fait le président de la République avec les intellectuels (on en parle, et ça marche ...).
Ecoute ! Les artistes savent bien qu’il n’y a pas d’argent pour tous, mais ils peuvent indiquer les petits coups de pouce qui peuvent débloquer des situations. Profites-en !
Distingue ! Quoi qu’on en dise, les décorations témoignent d’une forme de considération de la part de l’Etat. Or, dans la dernière promotion de la Légion d’honneur, je n’ai trouvé aucun musicien... à part Yvette Horner, célèbre accordéoniste, qui a été promue commandeur ! Franchement, tu exagères ! Cela ne te coûte rien !
Fais du bruit ! Défends haut et fort tes administrés. Mets en valeur leurs initiatives (n’hésite pas à t’en attribuer la paternité), félicite les lauréats de grands concours. Enchaîne, comme je le faisais, les conférences de presse, même si tu n’as rien à dire !
De mon temps, on s’amusait de mon côté "strass et paillettes". Mais on en parlait ! Aujourd’hui, la musique, pourtant bien vivante, étouffe du silence glacial qui l’entoure. Bien à toi,
p.c.c. Michèle Worms

English version, click here

La suite de l'article ( %) est réservée aux abonnés...
Abonnement à La Lettre du Musicien

abonnement digital ou mixte, accédez à tous les contenus abonnés en illimité

s'abonner
Mots clés :

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier à commenter cet article

Pour commenter vous devez être identifié. Si vous êtes abonné ou déjà inscrit, identifiez-vous, sinon Inscrivez-vous